es ca en fr

Guide des espèces

Biologie des méduses

Les papillons de mer

Les méduses sont des invertébrés marins à l’aspect très fragile car plus de 95% de leur corps est constitué de molécules d’eau ; leur transparence leur permet de se camoufler complètement dans la mer. Elles vivent en pleine mer où elles se laissent transporter par les courants marins même si elles peuvent se déplacer en battant leurs ombrelles de manière rythmée. Elles font partie du groupe des cnidaires (du grec knidé ou ortie) comme les anémones et les coraux, et elles se caractérisent par leurs cellules urticantes qui tapissent leurs tentacules, les cnidocystes, et qu’elles utilisent pour leur défense et pour capturer leurs aliments. Il existe quelques 200 espèces de méduses, leur diamètre oscillant entre 2 cm et 2 m et leurs tentacules pouvant atteindre jusqu’à 40 mètres de long.

Au cours de leurs cycles de vie, de nombreuses méduses présentent deux formes de vie comme les papillons et les chenilles c’est pourquoi on peut les surnommer les papillons de mer. La première forme de vie se fixe au fond, c’est le polype ; l’autre se libère en haute mer, où elle se laisse entraîner par les courants marins, c’est la méduse. Les méduses adultes se reproduisent de manière sexuée, produisant des larves, les planulas, qui se fixent au fond en forme de polypes. Ces polypes se reproduisent de manière asexuée, à travers un processus de gemmation et dans des conditions environnementales déterminées ; ils génèrent de petites ephyras qui constitueront ensuite les futures méduses.

La prolifération des méduses

Au printemps et en été, la température de l’eau de la côte et de la mer est similaire. Les méduses adultes qui sont restées au fond de la mer sous forme de polypes pendant l’année sont attirées vers la côte par les courants marins superficiels. Les changements subis par les facteurs climatiques, les hivers plus doux et les étés plus chauds, associés à la diminution des prédateurs naturels comme les tortues ou les thons en raison de la surpêche, font partie des facteurs liés à l’augmentation de la pullulation de méduses sur les plages.

En collaboration avec:

Le conseil de la recherche scientifique (Consejo de Investigaciones Científicas ou CSIC en espagnol) par le biais de l’institut des sciences marines (Instituto de Ciencias del Mar) et L’Aquàrium de Barcelona ont apporté leurs connaissances pour présenter et faire connaître les méduses et pour sensibiliser la société à la protection du milieu marin.