es ca en fr

Guide des espèces

Poisson Pierre

Nom scientifique: Synanceia verrucosa

DESCRIPTION :
Ce poisson doit son nom au fait que les verrues et les taches qui recouvrent son corps lui permettent de se confondre dans le milieu qui l’entoure. Pour mieux se camoufler, il laisse les algues et les anémones se développer sur lui. Plus d’un tiers du corps de ce poisson qui mesure de 30 à 40 cm environ, est occupé par la zone céphalique. La bouche qui comme ses yeux, se trouve en partie haute du corps, est grande et protractile ce qui lui permet de capturer de très gros poissons. Sa couleur varie selon le substrat qu’il fréquente. La peau dont les taches imitent les éponges et les algues lui permettent d’adopter un comportement mimétique. Les nageoires ventrales, la nageoire dorsale et la nageoire anale portent des rayons durs transformés en épines qui peuvent injecter du poison. Taille maximale : 40 cm.

BIOLOGIE:
La nageoire dorsale du poisson pierre présente 12 ou 13 rayons durs, modifiés en épines qui peuvent injecter du poison. La nageoire anale porte 3 épines et les nageoires ventrales en portent 2. Chaque épine possède une ou deux glandes venimeuses. Il s’agit d’un poison qui attaque les cellules et le système nerveux, semblable à celui des cobras. Il utilise ses épines non pas pour chasser et se nourrir mais uniquement pour se défendre de ses prédateurs. Il passe tout son temps à attendre immobile, qu’une proie éventuelle passe près de lui pour l’aspirer.
Il se nourrit de poissons et crustacés. Il aspire les proies avec sa bouche protractile dans un mouvement pour ainsi dire invisible en quelques dixièmes de seconde.
Reproduction ovipare, c’est-à-dire, qu’il pond des œufs.

HABITAT:
Le poisson pierre habite souvent sous les roches et sur les surplombs où il se camoufle.

DISTRIBUTION:
On le rencontre en Indo-Pacifique (Mer Rouge, côtes d’Océanie, etc).

STATUT:
Espèce non classée (dans la liste rouge des espèces menacées).

CURIOSITÉS:
Il s’agit du poisson le plus venimeux du monde. La piqûre provoque généralement la mort en quelques heures, si ce n’est pas le cas, la guérison peut être très longue (plusieurs mois). Les blessures doivent être immédiatement traitées avec de l’eau chaude (qui neutralise la toxine). Un antidote spécifique contre ce poison est fabriqué à Melbourne (Australie).