es ca en fr

Dans les coulisses

Un autre Aquàrium peut se cacher derrière les aquariums. Une équipe de nombreux professionnels hautement qualifiés, utilisant des technologies dernière génération, prend soin de plus de 11 000 animaux, et veille sur leur santé et leur bien-être.

La température, la salinité et la qualité de l’eau, la lumière ou la reconstitution de l’environnement de chaque écosystème ont fait l’objet d’un travail minutieux pour pouvoir accueillir tous les pensionnaires de l’aquarium. Le maintien en captivité de certains s’avère particulièrement compliqué.

Aux biologistes de L’Aquàrium incombe l’immense responsabilité de s’occuper de plus de 450 espèces différentes, des invertébrés minuscules aux manchots, sans oublier les requins de plus de 3 mètres. La tâche est loin d’être simple, car chaque espèce de L’Aquàrium exige une attention particulière qui, dans certains cas, frôle la délicatesse extrême.

Depuis l’ouverture de l’établissement, la recherche, qui constitue une priorité, lui a permis d’acquérir une notoriété internationale en tant que centre de recherche. À cet égard, il convient de souligner les conventions signées avec plusieurs universités et centres de recherche.

 

sala-cuarentena-aquarium sala-de-quarantena-aquarium sistema-de-filtracion alimentacion-aquarium-barcelona alimentacion-pez-luna alimentacion-sala-cuarentena laboratorio-aquarium-barcelona-2 laboratorio-aquarium-barcelona oceanari-menjar-peixos oceanario-zona-tecnica

Captage et épuration des eaux : pour remplir les 21 aquariums, il faut environ 6 millions de litres d’eau de mer.
L’approvisionnement est effectué via le captage contrôlé de l’eau dans des cuves installées à cet effet. Nous obtenons ainsi un débit continu, même si nous disposons d’un système d’épuration moderne permettant de travailler en cycle « semi-fermé ».
En d’autres termes, aucun approvisionnement continu en eau extérieure n’est nécessaire, car il est possible de la traiter et de la recycler dans nos propres installations, dans un délai de renouvellement d’environ 1 h 30. Seul un volume réduit d’eau extérieure est fourni chaque jour pour compenser les pertes d’évaporation et d’oligo-éléments.

L’épuration et la filtration se révèlent nécessaires à plusieurs titres. Lorsqu’ils se dégradent biologiquement, les restes d’aliments et les excréments de chaque organisme (à teneur élevée en ammonium) forment des composés chimiques secondaires (les nitrites et les nitrates) qui peuvent nuire fortement à l’existence des pensionnaires des bassins, et qu’il convient donc d’éliminer grâce à la filtration et à l’épuration.
D’autre part, la température est contrôlée et l’eau stérilisée, le cas échéant, via un système de production d’ozone et de lumière ultraviolette. Ces systèmes, utilisés dans la plupart des aquariums du monde entier, permettent d’éliminer les bactéries indésirables, d’oxygéner l’eau et de favoriser la floculation des protéines en vue de leur élimination ultérieure. La stérilisation finale de l’eau s’avère nécessaire à titre de mesure préventive biologique pour l’environnement extérieur de L’Aquàrium.

SYSTÈME DE FILTRATION

Le schéma de flux ci-contre représente les différentes parties de l’épuration de l’eau à L’Aquàrium.

filtración-l-aquariumbcn

  1. Cuves
  2. Pompe
  3. Bassin de réserve
  4. Aquariums
  5. Ozone
  6. Ècumoire
  7. Stérilisateur
  8. Filtre de sable
  9. Èclairage Ultraviolet
  10. Tour pH
  11. Èchangeur
  12. Biofiltre

Les animaux de L’Aquàrium, généralement carnivores, doivent être bien nourris pour pouvoir évoluer dans des conditions favorables. C’est pourquoi le laboratoire prépare chaque jour des menus à base de poisson entier ou en morceaux, de crabes, de moules, de plancton vivant, de compléments végétaux et vitaminés.
Tous les jours, une équipe de professionnels de L’Aquàrium prépare 150 menus différents pour bien nourrir les animaux. En général, la nourriture est lancée dans l’eau afin que les animaux eux-mêmes viennent se nourrir à la surface de l’aquarium. Pour certaines espèces, notamment celles des fonds marins comme les raies, ou encore les requins et les poissons lunes, l’équipe de plongeurs doit entrer dans les bassins pour les nourrir directement, afin de s’assurer qu’ils reçoivent la ration appropriée.

Les animaux des bassins méditerranéens mangent trois fois par semaine, et ceux des bassins tropicaux, deux fois par jour. Cela est dû au fait qu’à une température plus faible, comme en mer Méditerranée, les poissons ont moins besoin de se nourrir. Ainsi, dans les bassins méditerranéens, l’eau est à 18 degrés, tandis qu’elle s’élève à 25-26 degrés dans les bassins tropicaux.

Tous les organismes doivent s’acclimater à leur nouvel environnement lorsqu’ils arrivent à L’Aquàrium de Barcelona. Avant de les placer dans le bassin d’exposition, le personnel doit vérifier qu’ils s’adaptent à un nouveau régime alimentaire et qu’ils ont la taille appropriée pour ne pas être dévorés par leurs congénères.

Pour ce faire, L’Aquàrium de Barcelona dispose d’une salle de 48 bassins qui permet d’isoler les nouveaux arrivants. Ce premier séjour dans la salle de quarantaine leur permet d’évacuer le stress dû au transport et, au personnel, de vérifier s’ils présentent d’éventuels parasites ou maladies et, si tel est le cas, d’éviter qu’ils les transmettent aux autres animaux.
La salle de quarantaine fait également office d’hôpital. C’est là que les animaux malades ou blessés restent en convalescence, période durant laquelle chacun reçoit le traitement approprié.

En outre, L’Aquàrium se démarque notamment par l’intérêt qu’il porte à la reproduction des animaux. À cet égard, la salle de quarantaine joue un rôle fondamental. Il s’agit d’une « salle de maternité » où culmine le processus de reproduction des différentes espèces vivant dans cette infrastructure. Les œufs sont déposés dans de petits aquariums. Les alevins sont soignés jusqu’à ce qu’ils réunissent toutes les conditions nécessaires pour intégrer les grands aquariums.
Depuis l’ouverture de L’Aquàrium en 1995, la salle de quarantaine a accueilli plus de 20 000 animaux.

Le laboratoire analyse chaque jour l’eau de tous les bassins de L’Aquàrium, ceux exposés au public et ceux de la zone technique. L’objectif est de veiller à ce que l’eau réunisse à tout moment les conditions physico-chimiques optimales nécessaires au maintien en vie des animaux. Dans cette optique, l’eau est contrôlée plusieurs fois par jour, et ce même si elle transite par le système de filtration moderne de L’Aquàrium de Barcelona avant d’arriver dans les aquariums.

Le laboratoire produit également le plancton nécessaire à l’alimentation des alevins et de certaines espèces. Il peut être d’origine animale (zooplancton) ou végétale (phytoplancton).
D’autre part, le laboratoire est chargé de contrôler les pathologies des poissons, à savoir les étudier et élaborer les traitements appropriés pour les soigner. Des antibiogrammes sont effectués. Il s’agit de tests permettant de déterminer les antibiotiques efficaces pour lutter contre une pathologie. Des nécropsies sont également réalisées. Elles tentent de déterminer les causes éventuelles de la mort des poissons. Ces causes sont ensuite étudiées afin d’éviter qu’elles ne se reproduisent.

Si continúa navegando consideramos que acepta el uso de cookies. | OK Política de cookies | Más información